Etty Hillesum

Onderzoeks centrum

Le Centre de Recherche Etty Hillesum

 

Le Centre de Recherche Etty Hillesum (EHOC) a été créé en 2006 à l’Université de Gand (Belgique) pour coordonner la recherche concernant le journal de guerre et les lettres d’Etty Hillesum (1914-1943). Chercheurs du monde entier, travaillant dans des disciplines différentes, participent à cette recherche.

L’EHOC forme ainsi la plaque tournante des recherches internationales et fonctionne comme un forum de contact pour l’étude des écrits laissés par cette auteure singulière et rend ceci visible par le site Internet, des conférences et des archives numériques notamment.

L’EHOC est dirigé par le Prof. Dr. Klaas A.D. Smelik qui a aussi pris soin de l’édition intégrale des écrits laissés par Hillesum.

Une équipe active de volontaires s’occupe de l’accessibilité de l’EHOC pour des visiteurs. Ils sont aussi impliqués dans la gestion de la ‘Etty Hillesum-bibliothèque’, les archives et la ‘Etty Hillesum-bibliographie’.

 

Middelburg

En Juin 2015, l’EHOC a déménagé vers Middelburg, le lieu de naissance d’Etty Hillesum. L’EHOC est installé dans le Zeeuws Archief (« Archives de la Zélande ) et travaille en étroite collaboration avec le Roosevelt Study Center (« Centre d’Études Roosevelt) et l’University College Roosevelt à Middelburg.

En plus de la recherche sur l’oeuvre d’Etty Hillesum l’EHOC se dirige maintenant vers la recherche de l’histoire des Juifs en Zélande.

Par ailleurs l’EHOC développe des activités éducatives pour intéresser les générations futures à la vie et à l’œuvre d’Etty Hillesum.

 

Etty Hillesum

Etty Hillesum est née à Middelburg en 1914. Son père, le Dr Louis Hillesum, y était professeur de langues classiques. Plus tard, il est devenu recteur du Stedelijk Gymnasium (« Gymnase Municipal ») à Deventer. Sa mère, Rebecca Hillesum-Bernstein, était originaire de Russie. Etty avait deux frères, Jaap et Mischa. Jaap est devenu médecin et Mischa, un pianiste talentueux. En 1932, Etty Hillesum quittait Deventer pour faire des études de Droit à Amsterdam. Elle suivait également des cours de langues slaves. En tant qu’étudiante, Etty a été active dans le mouvement de gauche et anti-fasciste. Cette jeune femme juive avait en plein temps de guerre l’ambition de devenir écrivain, même si elle était incertaine d’avoir le talent nécessaire. Sur conseils de son psychothérapeute Julius Spier elle a commencé à tenir un journal le 8 Mars 1941. En plus d’un exercice pour mettre de l’ordre dans sa vie chaotique, ce journal est devenu aussi un lieu de pratique de l’écriture pour elle-même. Quand elle a quitté pour la dernière fois sa maison à Amsterdam en Juin 1943, face à un avenir très incertain, elle a confié les cahiers scolaires de son journal à une colocataire. Elle lui a demandé de remettre son journal après la guerre à l’écrivain Klaas Smelik. Il devait se charger de la publication, si elle ne reviendrait pas de sa captivité.

 

La première publication

Klaas Smelik a essayé en vain d’intéresser dans les années 1950 un éditeur pour publier les carnets du journal d’Etty Hillesum. Son fils Klaas A.D. Smelik a enfin trouvé un éditeur: Jan Geurt Gaarlandt (De Haan, plus tard Balans). Cela a conduit à la publication d’une anthologie du journal, fournie par l’éditeur lui-même, sous le titre Het Verstoorde Leven (« La Vie Bouleversée »). Bien que le livre ait été édité à partir d’une transcription non professionnelle des manuscrits, il a connu un grand succès. Non seulement aux Pays-Bas, mais aussi dans le monde entier. Les nombreuses traductions en témoignent.

 

L’Oeuvre

En 1986, une édition complète, annotée de son journal et de ses lettres a été publiée sous rédaction de Klaas A.D. Smelik, dont la sixième édition a été publiée en 2012, sous le titre: Etty Hillesum, Het Werk (« Etty Hillesum, L’Oeuvre »). Cette édition intégrale a aussi été publiée en anglais, français et italien. En 2016, une traduction en allemand suivra. Un signe qu’un grand intérêt existe à travers le monde à la fois pour la personne d’Etty Hillesum et pour ses œuvres qui ont survécu, non seulement du côté des lecteurs, mais aussi des chercheurs. Notamment en France, Italie, aux Pays-Bas, en Belgique et aux États-Unis des études sur Etty Hillesum sont apparues. L’EHOC joue le rôle de centre de coordination, mais mène également ses propres recherches. Ainsi, il y a chaque année la publication d’une nouvelle publication dans la série Etty Hillesum Studies (« Études sur Etty Hillesum »).

 

 

Le mode de travail de l’EHOC

La recherche des écrits laissés par Etty Hillesum peut être (prise) abordée sous de nombreux angles. Les étudiants intéressés viennent par le biais de la formation régulière et des séminaires en contact avec l’EHOC, et sont accompagnés par le centre. Les membres affiliés de l’EHOC aux Pays-Bas, Belgique, France, Italie, Espagne, Suisse, Grande-Bretagne, Irlande, Áustralie, Canada, Colombie, Brésil et États Unis sont déja réputés pour leur recherche sur Etty Hillesum et son oeuvre. Ils échangent entre autre leurs résultats pendant des conférences. Le nombre de membres est toujours en croissance, grâce aux contacts que l’EHOC a établis et étendus au cours du temps. Grâce à une étroite collaboration avec les membres affiliés et les institutions qu’ils représentent, on a réussi à atteindre les objectifs de l’EHOC dans le monde entier, et la voie à de nouvelles recherches reste ouverte.


omslag Russische editie Het Verstoorde LevenTitelblad Russische editie Verstoorde Levenillustratie in Russische editie Verstoorde Leven 
La traduction russe d'Une vie bouleversée a finalement été publiée !
Pour un résumé de la traduction: https://books.google.be/books?id=YaiPDAAAQBAJ&pg=PT4&lpg=PT4&dq=Etty+%D0%94%D0%BD%D0%B5%D0%B2%D0%BD%D0%B8%D0%BA&source=bl&ots=jK87_V-eAv&sig=q0Rii2P3xf_K1fKgtZrWFUfiIuc&hl=nl&sa=X&ved=0ahUKEwjEgta_hpnOAhWGSRoKHQG0C1AQ6AEIITAA#v=onepage&q=Etty%20%D0%94%D0%BD%D0%B5%D0%B2%D0%BD%D0%B8%D0%BA&f=false
 


 

      

Le Zeeuws Archief (« Archives de la Zélande ) à Middelburg


Paris : L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », 2012.

256 p.

EAN 9782336005645 (EAN Ebook format Pdf : 9782296509092)

26,00 EUR (version numérique : 19,50 EUR)

Présentation de l’éditeur :

Pour Jeanne-Marie Clerc, la publication, en novembre 2008, des écrits d’Etty Hillesum, Journaux et lettres 1941-1943, fut l’occasion d’une mission à accomplir à l’égard d’Etty. Ainsi, cet ouvrage montre que malgré l’interruption dramatique de son oeuvre, celle qu’elle nous avait léguée manifestait toutes les qualités d’un grand écrivain. Une forme d’art poétique originale, une écriture singulière qui nous livre l’un des plus beaux témoignages sur l’époque tragique de l’histoire des Juifs d’Europe.

Jeanne-Marie Clerc est professeure de Littérature Comparée Émérite à l’Université Paul-Valéry/Montpellier 3, où elle a assuré un enseignement de cinéma et littérature pendant 10 ans. Puis, après avoir obtenu une bourse du gouvernement d’Ottawa, y a créé un enseignement de littérature et cinéma québécois, puis assumé celui de littérature et cinéma négro-africains au sein d’un Diplôme d’Université d’Études francophones que fondé par elle avec la participation de plusieurs collègues, et couvrant ainsi l’ensemble de l’aire francophone.

Url de référence :
http://www.editions-harmattan.fr